Recherche par catégorie:

FORD Capri MK3

1 2 3 15 Suivant →

 

1978-86: la Ford Capri MKIII

La concurrence s'étant sérieusement renforcée en cours de décennie avec l'apparition, entre autres, des Renault 15 et 17, de l'Opel Manta et de la Volkswagen Scirocco, la Ford Capri fait l'objet d'une deuxième remise au goût du jour à la fin de l'hiver 1978.

Les modèles commercialisés à partir du mois de février diffèrent des précédents par leur capot débordant légèrement sur la calandre, par leurs doubles phares en série, leur carénage avant et aussi par leurs pare-chocs peints en noir mat avec des embouts plastiques. L'habitacle est lui aussi remanié dans le sens d'une grande sobriété. Les années 80 pointent le bout de leur nez, fini les chromes et les couleurs chatoyantes.

L'acheteur français a maintenant le choix entre les motorisations suivantes : 1300, 1600, 2000, 2300 et 3000 cm3, avec des puissances variant pratiquement du simple (70 chevaux DIN pour la version 1 L 3) au double (138 chevaux DIN pour la Capri 3000 S, cette dernière pouvant prétendre à une vitesse maximale de 200 km/h)

Décembre 1986 : la Capri, c'est fini !

Malgré l'éventail du choix proposé à la clientèle, la Ford Capri apparaît en nette perte de vitesse a la fin des années 70. Pour tenter de relancer les ventes, Ford va commercialiser plusieurs séries limitées (Capri Cabaret, Calypso, Cameo, Laser) et revenir aux versions à hautes performances (si l'on excepte la confidentielle Capri 3100 RS britannique, produite à 248 exemplaires seulement en 1973/74, la Capri 2600 RS était demeurée sans descendance après son retrait). C'est ainsi qu'à l'occasion du Salon de Genève, en mars 1981 apparaît la nouvelle Capri 2L8 Injection électronique. Equipée du moteur de la Ford Granada, cette version dispose de 160 chevaux DIN et de disques de freins avant ventilés; elle est aussi la première Capri à être offerte avec une boîte de vitesse à cinq rapports.

Quelques mois plus tard, lors du salon de Francfort, apparaît la Capri 2800 Turbo. Abondamment pourvue en accessoires aérodynamiques, et revendiquant 188 chevaux DIN, la 2800 Turbo est capable d'atteindre les 215 km/h, ce qui en fait la plus rapide de toutes les Capri commercialisées par Ford. Toutefois, sa carrière sera courte et elle ne sera jamais officiellement importée en France.

Fin 1982, les Capri "S" et la 2.8 L Injection reçoivent une boîte à cinq rapports, avec overdrive dans le cas de la 2.8 L.

Avec la suppression des modèles de cylindrées extrêmes (1,3 L et 3 litres) en mars 1983, la gamme apparaît plus homogène que par le passé. Mais la fin est proche. La Capri, avec son châssis dépassé et ses mécaniques peu poussées, apparaît comme un dinosaure de l'automobile et souffre de la comparaison dans sa catégorie avec la Ford Sierra et les nouvelles petites GTI à traction avant plus efficaces pour le conducteur lambda. La mode des gros coupés à l'américaine est passée.

En avril 1984, la Ford Capri cesse d'être commercialisé en France. En novembre de la même année, seule la production des Capri à direction à droite, réservées au marché britannique, se poursuit à … Cologne. La dernière Ford Capri tombe de chaîne deux ans plus tard, en décembre 1986. Il s'agit d'une série spéciale "280", dernier avatar de la version 2.8 L Injection. Près de deux millions de Ford Capri ont été vendues depuis le lancement du modèle dix-sept ans plus tôt.

Un succès impressionnant, surtout si on le compare aux chiffres réalisés par la concurrence : 765 100 Volkswagen Scirocco, 498 533 Opel Manta et…300 443 Renault 15/17.

PassionAutoFrance est partenaire du Club Capri Passion depuis 2010.